Articles - Management Général

Un DG accompli en quête perpétuelle de perfectionnement

Nous avons interrogé Mahdi Mekki, un participant à l’Executive MBA d’HEC Paris, sur son expérience à HEC et ce qu’il a retiré de sa formation.

 

Mahdi, pourriez-vous nous parler de votre parcours professionnel et nous dire ce qui vous a poussé à suivre une formation longue ?

Mahdi Mekki (MM) : J’ai commencé ma carrière en tant que Responsable Export dans le secteur aéronautique avant de rejoindre en 2005 Rudolph - une entreprise de fabrication d’équipements pour les industries nucléaire, pétrole et gaz, ainsi que l’aéronautique. Cinq ans plus tard, je devenais Directeur Général. Bien que convaincu qu'il me fallait élargir mes connaissances pour relever ce nouveau défi, je devais me focaliser à 100% sur mes nouvelles responsabilités. J’ai donc attendu d’avoir atteint les objectifs de l’entreprise et en 2015, plus mature professionnellement, j’ai décidé d’intégrer un Executive MBA. Je voyais cette formation comme un tremplin pour consolider mon expérience en tant que Directeur Général mais aussi pour ouvrir d'autres perspectives d'avenir dans le développement de ma carrière professionnelle.

 

Mon objectif était de sortir de ma zone de confort, de développer de nouvelles compétences et de pouvoir échanger avec d’autres professionnels ayant la même volonté d'apprendre. Le monde change, l'économie de marché aussi. Pour appréhender ces changements, avoir la possibilité de participer à une formation internationale et multiculturelle était un atout pour l'avenir. »

 

Pourquoi avez-vous choisi de vous former chez HEC Paris Executive Education ?

MM : Trois raisons : la spécialisation, le projet professionnel et la flexibilité. Après m'être renseigné sur différents EMBA, mon choix s'est porté sur celui d’HEC Paris qui propose une méthode d'apprentissage participative et ouverte à l'international. J’ai opté pour la Majeure Energy - HEC était la seule à la proposer - afin d’approfondir mes connaissances sur le marché de l’Oil & Gas et le secteur des énergies renouvelables.

Quant au format, la formule à temps partiel « Fin de Semaine » à Paris me convenait mieux car le vendredi étant plus calme, je pouvais me consacrer à l’EMBA une partie de mes week-ends. Quatre jours en entreprise et trois jours consacrés à l’EMBA permettaient un bon équilibre. J’ai pris grand plaisir à venir tous les vendredis car chaque semaine était unique !

 

Mahdi Mekki

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre projet Capstone ?

MM : J’ai choisi d’aider une start-up spécialisée dans le marché de la statistique sportive, et notamment le football, à mettre en place un plan stratégique afin de développer ses ventes en France et en Europe. Le produit innovant est un système de tracking qui permet, à partir d’un simple flux vidéo, de récolter des données sur le match en cours et les analyse en temps réel. Je viens de présenter mes résultats à l’entreprise qui est ravie et va prendre en compte un certain nombre de mes recommandations.

 

Bravo ! En quelques mots, que retenez-vous de cette expérience ?

MM : L’EMBA a été une formidable aventure d’un point de vue personnel avant tout. J’y ai rencontré des participants venant d’horizons différents du mien, échangé et travaillé avec eux. C’est une occasion unique de pouvoir réfléchir à ce que l’on a accompli en tant que professionnel et à nos aspirations personnelles. L’EMBA est un vivier exceptionnel pour générer de nouvelles idées, de nouveaux intérêts et parfois de nouveaux métiers. Professionnellement j’ai une meilleure vision stratégique en tant que manager, et je suis mieux « équipé » pour les prochains challenges qui m’attendent ! 

Mahdi Mekki

Directeur Général, Rudolph