Articles - Entrepreneuriat, Innovation & Entreprise Inclusive

LE DESIGN THINKING STIMULE L’INNOVATION

Le Design Thinking ouvre une voie intéressante pour l’identification d’opportunités d’innovation. Sihem Jouini, Professeur à HEC Paris, s’intéresse tout particulièrement à ce que cette approche peut apporter aux entreprises dans un environnement toujours plus concurrentiel.

 

QUE RECOUVRE LE CONCEPT DE DESIGN THINKING ?          

Il s’agit à la fois d’une méthodologie et d’un état d’esprit, offrant aux entreprises une approche créative pour comprendre comment fonctionne une innovation et identifier de nouvelles opportunités. Cela peut aussi être un support pour l’organisation des processus d’innovation au sein de l’entreprise.

Les entreprises sont régulièrement confrontées à des « problèmes pernicieux », des défis particulièrement complexes pour lesquels elles disposent de peu de données ou au contraire de trop de Big Data, le tout assorti d’un niveau élevé d’incertitude. Elles se retrouvent alors face à des questions ouvertes auxquelles les méthodes de résolution traditionnelles n’offrent pas de réponse. L’un des axes clés du Design Thinking consiste à comprendre les difficultés auxquelles se heurtent les utilisateurs. Le point de départ n’est pas la technologie à disposition, mais le problème. L’enjeu est de bien en comprendre les tenants et aboutissants, de proposer des méthodes pour les résoudre et d’expérimenter des prototypes pour créer des solutions qui répondent aux besoins de l’utilisateur.

 

Le Design Thinking ouvre une voie vers l’innovation tracée par l’utilisateur. Nous apprenons des clients, formulons des hypothèses que nous testons et reconvertissons tout cela en connaissances validées. Sur le terrain de l’innovation, le Design Thinking est à la fois une méthodologie et une façon d’être. - Sihem Jouini

 

SURMONTER LES OBSTACLES A L’INNOVATION

Le Design Thinking est une approche de l’innovation particulièrement utile pour répondre à des problèmes inédits ou ouverts et non lorsque les résultats attendus sont fixés dès le départ. Cela peut s’appliquer aux questions de bien-être au travail, à une nouvelle expérience de voyage, de vente au détail ou encore à un produit, service ou processus au sein d’une entreprise. Dans ce type de cas, l’industrie doit trouver de nouveaux moyens d’interagir avec l’environnement et identifier de nouvelles opportunités. Les adeptes du Design Thinking vont sur le terrain, analysent l’expérience vécue et trouvent les moyens de l’améliorer.

Accéder au terrain et comprendre les problèmes que vous avez à résoudre, ainsi que les opportunités qui s’ouvrent à vous, peut prendre du temps. Il est important d’identifier ce que vous ne savez pas, plutôt que ce que vous savez... cette démarche suppose souvent d’accepter d’aborder autrement l’innovation.

Pour que le Design Thinking porte ses fruits, il doit remporter l’adhésion de tous. Cette approche exige des compétences et des techniques spécifiques : il faut donc mobiliser les bonnes personnes et les former. Il faut réunir des équipes multidisciplinaires, composées de designers, de spécialistes du marketing, d’ingénieurs, etc., qui ensemble pourront cerner les besoins des utilisateurs, mener à bien des expérimentations et partager un même état d’esprit. Cet état d’esprit doit également être avalisé par la direction générale dont le soutien est indispensable pour la réussite de ce type d’initiative.

 

D’après un entretien avec Sihem Ben Mahmoud-Jouini, titulaire de la Chaire Orange et Professeur associée de management de l’innovation à HEC Paris. 

Sihem Jouini

Professeur Associé, HEC Paris