Articles - Coaching

Devenir un Agent Du Changement

Après une brillante carrière internationale dans la banque, Eamon Mulligan décide de devenir un agent du changement. En tant que « leader en transformation », il conseille les entreprises sur leur transformation, leur technologie, leurs opérations et leurs services financiers. Il revient sur les enseignements fondamentaux acquis au cours de sa carrière et lors de son passage à HEC Paris.

 

À QUELS DÉFIS IMPORTANTS SONT CONFRONTÉES LES ENTREPRISES EN TERMES DE GESTION DU CHANGEMENT ?

 

Avec la gestion du changement, les entreprises font face à une industrie en pleine mutation.

Deux faits s'imposent à elles : tout d’abord, leur crédibilité ne repose plus uniquement sur des chiffres, mais celle-ci est complétée par la visualisation, via un récit convaincant. Ensuite, un changement général peut être observé avec le passage à des théories et mesures de management classiques et scientifiques à des moyens de créer des expériences communautaires. Ces expériences ouvrent à leur tour de nouvelles opportunités et rendent possible l’émergence de nouveaux modèles économiques.

Les principes d’organisation hérités du passé ont créé des structures en silo spécialisées qui manquent de coordination. L'adoption d'une approche multidisciplinaire a été un facteur essentiel dans le succès de phénomènes comme FinTech et RegTech. Ces modèles se caractérisent par le fait qu’ils ne sont pas dirigés par des visions du monde internes et des contraintes de productivité passéistes.

 

LES DONNÉES NUMÉRIQUES AU CŒUR DU NOUVEL ÉCOSYSTÈME DIGITAL

 

D’après Eamon, « nous sommes à un moment charnière, où nous avons cessé de compter sur un ensemble de données fiables mais limitées, pour au contraire nous tourner vers le monde réel, qui n’est ni parfait ni clairement défini mais complexe et en pleine émergence ». Google Flu Trend utilise la  mise en relation de big data pour limiter la diffusion de la grippe aux Etats-Unis, de manière bien plus précise que le modèle cause à effets de l’analyse traditionnelle de données « analogues ».

La production et la consommation de données numériques sont désormais au cœur de tout ce que nous faisons. 90 % des données mondiales ont été collectées au cours des deux dernières années, et 80 % d'entre elles sont des données non structurées (réseaux sociaux, e-mails, etc).  Au sujet de ce nouveau paradigme, Eamon a remarqué que : « nous pouvons observer la réalité à mesure qu’elle se produit, sans la modifier et proposer un regard alternatif aux avis des experts ».

 

MODÈLES ÉCONOMIQUES, ÉCONOMIE DE PARTAGE ET RESSOURCES SOUS-EXPLOITÉES

 

Les utilisateurs du « numérique à emporter » peuvent se connecter à des communautés mondiales n’importe où et n’importe quand. Eamon prend l’exemple de VizEat, une plateforme numérique utilisée dans 110 pays, qui permet de réserver un repas chez l’habitant. VizEat a beaucoup de similitudes avec Airbnb : comme la célèbre plateforme de location de logements entre particulier, elle utilise des ressources non exploitées mais propose en plus de sa dimension culinaire, une expérience culturelle unique. « Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises jeunes et innovantes associent diverses technologies, et jouent sur le contraste entre l’ancien et le nouveau. »

 

DES OUTILS DE CHANGEMENT

 

Eamon est convaincu que le changement au sein de l’entreprise ne doit pas se limiter à la technologie mais doit également prendre en compte la création commune de nouveaux débouchés, en envisageant les situations sous différents angles et en exploitant l’éventail toujours plus large d’outils techniques disponibles. Il voit émerger de nouveaux rôles fondamentaux tels que le « coach en innovation » ou le « penseur de systèmes ». S’il souligne le rôle important du programme Consulting, Coaching and Change de HEC pour la richesse de ses outils et de ses connaissances pratiques, il considère que l’utilisation de ces outils, concepts et recherches, et leur application peuvent encore être améliorées.

 

TROUVER SON « GRAAL INTÉRIEUR »

 

Les résultats combinés de la psychanalyse, du théâtre et des mises en situation ont permis à Eamon de découvrir ses forces et ses passions. Dans son cursus, un mantra l’a particulièrement marqué : « si vous ne pouvez pas changer, vous ne pouvez pas non plus changer les autres et les structures plus larges ». Les participants devaient trouver leur « graal intérieur », et une fois découvert, cela leur inspirait souvent un changement de perspective.

Pour Eamon, nous nous trouvons à un moment décisif en termes d’organisation. Avec l’association créative de technologies comme le numérique, le big data, le blockchain et l’internet des objets, de nouveaux parcours fonctionnels et des modèles d’exploitations basés sur des communautés plus larges sont désormais viables. Cette nouvelle inter-connectivité crée cependant une désintermédiation contradictoire dans de nombreux secteurs.

À une époque de profonds changements organisationnels, économiques et sociétaux, Eamon prévoit de capitaliser sur tout ce qu’il a appris.

« Mon but est de transformer cette connaissance en un modèle et une feuille de route basés sur la maturité organisationnelle. En combinant les dimensions technologique et pédagogique, nous pouvons aider les organisations à mieux appréhender cette rupture numérique et la complexité qu’elle génère, et les préparer ainsi à une nouvelle croissance ».