Articles - Coaching

De prêtre jésuite à coach professionnel

De prêtre jésuite à coach professionnel, la voie empruntée par Peter Collins a été pour le moins sinueuse. Une constante l’a pourtant accompagné tout au long : son envie de se lancer de nouveaux défis. Grâce à sa participation au programme du Master spécialisé en Consulting & Coaching, Peter Collins a eu la possibilité d’aiguiser son approche d’adaptation situationnelle à la gestion du changement.

Réalisé à partir d’une interview avec Peter Collins, Directeur exécutif, Peter Collins and Associates

 

Peter Collins

 

LES LEÇONS TIRÉES D’UNE CARRIÈRE VARIEE – DES CONTEXTES DIFFÉRENTS, UN MÊME ÉTAT D’ESPRIT

De 1981 à 1995, Peter Collins a officié comme prêtre jésuite au service d’une communauté paroissiale frappée par la pauvreté, à Sidney, en Australie. Dès lors, son travail l’a amené au cœur du gouvernement australien pour rédiger les discours de l’ancien ministre de la Santé, Michael Wooldridge, et du ministre des Affaires étrangères Alexander Downer, mais aussi dans le monde du sport, comme formateur en leadership pour les équipes de rugby anglaise et australienne. Il a aussi travaillé au sein du monde de l’entreprise en tant que coach professionnel pour des multinationales comme Itaú Unibanco, Pertamina et Shell Energy Europe.

Peter Collins estime que la clé du succès de ces expériences pour le moins variées, c’est l’état d’esprit :

 

De prêtre, je me suis retrouvé à travailler avec le ministre des affaires étrangères. C’était deux environnements différents, mais un même état d’esprit » affirme-t-il. « Nous sommes tous en cours de développement ; nous évoluons, nous nous adaptons et nous nous remettons en question en permanence. »

 

En d’autres termes, il n’y a pas de style unique de leadership transposable à plusieurs secteurs. Plutôt que de tenter de forcer le contexte à coller à une stratégie spécifique, un bon leader doit comprendre rapidement son nouvel environnement et s’y adapter.

Cette approche hors des sentiers battus et cette ouverture d’esprit a aidé Peter Collins à s’investir dans son Executive Master et à y prendre beaucoup de plaisir.

 

J’ai beaucoup apprécié la possibilité d’approfondir des sujets qui m’ont passionné. C’est une très bonne façon d’apprendre, que j’essaye d’appliquer : cela m’aide à comprendre comment les gens font face aux défis qu’ils rencontrent. »

 

LES LEÇONS TIRÉES DE LA RÉORGANISATION DES PRIORITÉS – LE PLANNING CENTRALISÉ EST REVOLU

« Le modèle traditionnel destiné à gagner l’adhésion et à venir à bout des résistances a fait son temps » explique Peter Collins. « Les gens ont dû trouver d’autres moyens de rallier les autres à leur cause. Il faut rassembler ses efforts en première ligne ; le planning centralisé n’est pas toujours efficace. » Plutôt que d’établir une stratégie centralisée et de l’appliquer uniformément à l’entreprise, les leaders ont besoin de voir ce qui se passe sur le terrain. « Ce qui marche dans un contexte ne sera pas forcément efficace dans un autre. Il faut se poser les bonnes questions pour comprendre ce que les gens cherchent à accomplir et les obstacles qu'ils tentent de franchir. »

Ceci est particulièrement important dans un monde qui n’a jamais été aussi connecté. Peter Collins cite l’influence constamment grandissante de la Chine, notant que la capacité de croiser les cultures de travail est « un changement d’état d’esprit massif », essentiel pour « être réceptif aux marqueurs de notre époque, répondre à ces défis et déterminer une réponse cohérente. »

Durant son Master spécialisé en Consulting & Coaching à HEC Paris, Peter Collins a appris à quel point il est important de comprendre ce que les gens affrontent ailleurs.

 

J’ai beaucoup apprécié ce que j’ai appris des gens venus des quatre coins du monde – la diversité des défis qu'ils ont à gérer a été une véritable révélation. »